D’Echirolles à Lalinde

LA RANDONNÉE BULL 2014
Parcours d’Echirolles à Lalinde

du lundi 9 juin au jeudi 12 juin 2014

Comme chaque année, la préparation de la Rando Bull est un moment important. D’abord, parce que nous avons pris l’habitude, depuis 22 ans, de nous retrouver chaque année début juin pour pédaler ensemble le long de nos belles routes de France, en évitant les grosses nationales, et en suivant les chemins qui fleurent bon la campagne, l’air pur, et le pet des vaches, ensuite parce que c’est le prélude à de bons moments de convivialité, de rires et d’anecdotes pittoresques sur les aventures du trajet.

Cette année, pas de dérogations aux règles habituelles: on choisit les itinéraires les plus beaux dans la direction où l’on veut aller, en évitant les sommets inutiles, ou les descentes au fond d’une vallée, sauf s’il faut la traverser…

Mais notre itinéraire est sujet à l’étape: choix crucial, difficile vu le nombre que nous sommes. et ce sont bien sûr les étapes qui guident les itinéraires.

Cette année, 3 étapes longues, mais le dénivelée est inversement proportionnel à la longueur. Une très grande étape, facilité par la présence du mistral ce lundi 9 juin. (N’oubliez pas de le demander à Michel Golynski ou Joel Collado à France Inter) : 220 km entre Echirolles et Vallon Pont d’Arc.

Le lendemain, balade dans l’Ardèche du Sud, remontée du Chassezac et de l’Altier, puis le début de la vallée du Lot, qu’on suivra presque jusqu’à Lalinde. C’est encore une étape de montagne. Puis la vallée du Lot, et on ne passera pas loin de là où on était l’an dernier.

Dernière étape, avec le village le plus beau de son canton, Saint Cirq la Popie, avant de se pinter au Cahors en se pointant à Cahors.

Et 3 jours autour du domaine de la Finou, un jours vers les vignobles de Bergerac, Monbazillac et autres douceurs, un jour vers nos origines cromagnonesques, voir plus anciennes encore.

Ne vous inquiétez pas: entrainez vous régulièrement, pour vous tanner le bas du dos, et pour vous assouplir les genoux, et tout se passera bien. Il ne faut pas que la longueur de la première étape vous rebute: vous en avez, pour la plupart, déjà fait une grande partie, vous savez où sont les difficultés, et vous garderez un petit peu de forces pour les derniers 300m de dénivelée pour monter sur le plateau ardéchois.